Photo de la couverture du roman de David Foenkinos "Numéro deux"
Injustice

Numéro deux

« Numéro deux » est le titre du roman de David Foenkinos, paru aux éditions Gallimard en 2022 et qui relate la vie (fictive) de celui qui n’a pas été retenu en finale pour jouer le rôle de Harry Potter. Face à lui, Daniel Radcliffe « avait ce petit quelque chose en plus » qui l’a propulsé au devant de la scène médiatique dans la série de films à succès inspirés des romans de J.K. Rowling.

C’est ainsi qu’une vie humaine bascule du mauvais côté.

C’est toujours un rien qui fait la différence, comme si le simple positionnement d’une virgule pouvait changer la signification d’un roman de huit cents pages.

Extrait de « Numéro deux » de David Foenkinos

Interview de l’auteur, David Foenkinos, à propos de son livre :

Récit original pour parler d’un destin abîmé

L’auteur s’est basé sur les propos réels du directeur de casting qui a admis qu’il ne restait plus que deux personnes en lice à la fin des auditions. L’histoire évoque le destin fictif de ce numéro deux qui n’a pas été choisi et a dû être confronté pendant des années au succès grandissant du héros des films Harry Potter.

Question : Qui n’a jamais un jour été propulsé dans l’ombre d’un second rang ou rang inférieur, alors que la lumière jaillissait sur un premier de classe, un meilleur sportif, un gagnant de concours ou encore une personne plus intéressante ou attirante ?

Nous sommes tous les numéros deux d’une tierce personne dans un domaine ou un autre.

Dans ce récit, le statut de numéro deux prend bien entendu des proportions plus néfastes au vu de ce que peut représenter le fait d’être choisi comme l’acteur principal d’une série de films à succès.

Tous les perdants de concours médiatiques avaient vécu cette même souffrance : un échec accentué par l’image permanente de la joie du gagnant. On pouvait toujours leur dire : « C’est formidable d’être allé jusqu’en finale ! » Mais non, personne ne pouvait se réjouir d’un parcours achevé si près du but. Il était préférable de rester dans l’ombre plutôt que de frôler la lumière. L’amertume en était décuplée. Le refoulé retournait dans les profondeurs du désintérêt général pendant que le lauréat s’aveuglait des attentions de tous.

Extrait de « Numéro deux » de David Foenkinos

Comment survivre à un destin « abîmé » ?

Outre cette mésaventure à un âge encore précoce, Martin, le numéro deux, a dû faire face à d’autres événements tragiques qui ont marqué son enfance et l’ont longtemps perturbé. L’histoire raconte comment il a tenté de s’en sortir d’une façon ou d’une autre.

La vie humaine se résume peut-être à ça, une incessante expérimentation de la désillusion, pour aboutir avec plus ou moins de succès à une gestion des douleurs.

Extrait de « Numéro deux » de David Foenkinos

Comment modifier le réel ?

La fuite par l’imagination reste une issue de secours pour ce jeune garçon au destin tragique.

A dix ans, il avait déjà compris qu’une des différentes façons d’être heureux consiste à modifier le réel. Cette même réalité qu’on peut également fuir par l’imagination, ou les images que fait naître la lecture.

Extrait de « Numéro deux » de David Foenkinos

La lecture et l’imaginaire peuvent-ils nous sauver ? Certes, ils contribuent à divertir nos pensées et apaiser nos émotions. Mais il faut surtout savoir y puiser une source d’inspiration pour faire face aux réalités de la vie.

Lire le « Numéro deux » et s’avouer heureux en toutes circonstances ?

Effectivement, la lecture de ce roman démontre que d’une part, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs et d’autre part, qu’un échec peut aussi révéler d’autres directions de vie tout aussi épanouissantes.

David Foenkinos, auteur des destins brisés ? La délicatesse, Je vais mieux sont des romans de l’auteur sur lesquels j’avais fait une très brève chronique voici une dizaine d’années et qui parlaient du destin malheureux de personnes en souffrance. J’avais conclu à l’époque que ces récits nous donnaient le choix soit de subir les circonstances, soit d’en sublimer les moments magiques.

Ajoutons que le roman « Numéro deux » nous raconte également la naissance d’un succès littéraire extraordinaire, celui des romans de l’auteure J.K. Rowling. Nous supposons que cette partie du récit puise son inspiration dans la réalité. J’avoue que l’intérêt qu’elle suscite donnerait presque envie de lire – ou relire – les tomes de la série Harry Potter. 🙂

Photo du pont de Glenfinnan

Bonne lecture !!!

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :