Lathish Shankar La dame au clair de lune - traduction Nathalie Cailteux
RENCONTRES et/ou INTERVIEWS,  ROMANS ABORDANT UN THÈME,  Sentimental - romantique

Rencontre avec l’auteur d’un recueil de nouvelles où sentimental rime avec paranormal

L’auteur, Lathish Shankar, est originaire d’Inde et travaille actuellement comme directeur d’une école. Il est passionné d’écriture depuis son enfance. « La Dame au clair de lune » est sa troisième œuvre littéraire publiée en anglais. J’ai eu le privilège d’effectuer la traduction française de son recueil que vous pourrez trouver en version numérique sur plusieurs sites:

Interview de Lathish Shankar

  • Il y a beaucoup de nostalgie dans vos histoires, comme une sorte de regret lancinant. Pouvez-vous expliquer la raison de ce sentiment prédominant ?
Je crois qu'il y a beaucoup de secrets et de non-dits en chacun de nous. Certains partagent les secrets avec leurs amis, mais d'autres pas. J'ai essayé de me plonger dans l'esprit de cette dernière catégorie, souhaitant maintenir dans le récit une ambiance assez sombre. Je présume que les gens pensent souvent à leurs belles années passées et les chérissent. Evoquer cette perte au cœur de l'intrigue crée dans les histoires un sentiment de nostalgie et de regret.  
  • Certains éléments récurrents, que l’on pourrait décrire comme des métaphores, apparaissent dans les nouvelles. Il s’agit notamment du temps (météo), des orchidées, des yeux bleus. Il semble que ces éléments ont beaucoup d’importance pour vous. Est-ce correct ? Pouvez-vous nous donner une explication ?
Certainement. Les orchidées représentent l'amour, le luxe, la beauté et la force. Le décès ou la perte d'un être cher éloignent ces bienfaits de la vie du personnage. Les yeux bleus sont séduisants, et je crois que ces yeux annoncent une personnalité calme et paisible. Dans ce recueil, deux de mes personnages, Mia et Lavinia, ont les yeux bleus, ce qui, comme je l'ai dit, représente ces qualités. En utilisant de telles métaphores, j'ai essayé de communiquer les émotions de mes personnages. J'espère ainsi que mes lecteurs entreront en résonnance avec les sentiments intérieurs de mes personnages. 

Orchidées - copyright Nathalie Cailteux
  • L’alcoolisme chronique semble souvent constituer l’antidote ou la raison du malheur des personnages principaux. En tant que lectrice, je pressens que vous avez pu être témoin de vies détruites par ce fléau. Ai-je raison ?
Pour autant que je sache, dans la vraie vie, il y a beaucoup de personnes touchées par l'alcoolisme chronique. La plupart des personnages masculins de l'histoire ont subi de grandes pertes dans leur vie. Ils sont également déprimés, ont perdu tout espoir et trouvent refuge dans l'alcool. Ces personnages ne sont pas dérangés par les effets nocifs de l'alcool puisqu'ils n'accordent pas de valeur à leur propre vie. Je n'ai pas évoqué les séquelles de l'alcool sur la santé des personnages,  mais il est clair que l'alcool leur apporte un soulagement temporaire face à leur chagrin. Une sorte d'extase les envahit temporairement, leur permettant d'oublier les moments difficiles qu'ils rencontrent dans leur vie. Toutefois, il est difficile pour eux de se débarrasser complètement de leurs pensées obsédantes. Ils réalisent le traumatisme qu'ils ont vécu, mais impuissants, ils ignorent complètement ce qui va se passer ensuite. Sachant qu'il s'agit bien là de certains effets néfastes de l'alcool, cela m'a permis, au moins dans une certaine mesure, de faire ressentir à mes lecteurs les pensées "désorganisées" de mes personnages.

  • La mort et/ou le suicide, mais également le meurtre sont présents dans chacune de vos nouvelles. Toutefois le lien avec la mort est différent selon chaque personnage et selon son expérience de vie respective. La nouvelle intitulée « Adieu Papa » – qui illustre brillamment la cruauté inhumaine – n’évoque-t-elle pas à ce propos les abus extrêmes de la téléréalité ? Parlez-nous de votre sentiment vis-à-vis de cela.

Pour la plupart d'entre nous, blesser les autres nous cause de la douleur. Et nous n'aimons généralement pas ce sentiment. Dans l'histoire "Adieu Papa", les personnages font du mal au plus inoffensif d'entre eux. Pourtant ils la perçoivent comme une menace alors que cette personne souffre de la maladie de Parkinson. Les protagonistes comme Maria et Julia, surnommées les "soap-worms" (accros aux séries), ne réalisent pas leur cruauté lorsqu'elles se plongent dans un monde imaginaire, car elles sont scotchées aux émissions de télé-réalité. 
De manière générale, ce qui rend la télé-réalité addictive, c'est le fait que les téléspectateurs croient qu'une partie de ce qu'ils regardent est réel. Le sens de la réalité est également éloigné chez certains membres de la famille qui se montrent cruels. Puisque le personnage principal semble être un fardeau pour ses proches, ils ont décidé de se débarrasser de lui.
Je suis heureux d'avoir pu relayer à mes lecteurs l'impact abusif des  émissions de téléréalité, de même que la brutalité de certains personnages. C'est exactement ce que je souhaitais. Mon sentiment à cet égard est que la mort, cette triste réalité de la vie d'une personne, joue souvent avec nos émotions, détruisant notre paix et notre bonheur. Je crois que cela est décrit dans cette nouvelle.
Il peut y avoir de nombreuses occasions dans nos vies où les choses ne se passent pas comme prévu. Tout un chacun peut se retrouver privé de l'amour, de l'affection, de l'attention des personnes qui lui sont très proches. En tant qu'humains, nous avons besoin de volonté et d'une force de caractère pour vaincre tous ces sentiments négatifs et avancer dans la vie.

« La Dame au clair de lune » de Lathish Shankar

Un recueil de nouvelles sentimentales et humanistes à découvrir en ce beau jour de Pâques

Joyeuses fêtes à toutes et tous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :