Panneau représentant Saint Catherine d'Alexandrie, par Jean Perréal. 1507
ACTUALITES,  Différence physique, sociale ou culturelle,  ROMANS ABORDANT UN THÈME

A la Sainte-Catherine

Aujourd’hui, 25 novembre, on fête les Catherinettes, c’est-à-dire les filles de plus 25 ans qui ne sont pas mariées.

D’où vient cette tradition ? Et que représente-t-elle encore aujourd’hui ?

Qui était cette sainte Catherine ?

La légende veut que sainte Catherine (294-312) aurait vécu à Alexandrie sous le règne de l’empereur Maximin. Fille d’une noble famille, elle était très instruite et s’était convertie au christianisme. Lorsque l’empereur lui proposa un mariage royal à condition toutefois qu’elle renonce à sa foi, elle refusa et lui tint tête. Elle parvint même à convertir plusieurs philosophes chargés par l’empereur de la convaincre de renoncer à sa foi chrétienne. L’héroïne fut donc condamnée à mort par le supplice de la roue, mais cette dernière se brisa miraculeusement. Sainte Catherine finit cependant décapitée un 25 novembre…

Sainte-Catherine d'Alexandrie - Le Caravage
Sainte Catherine d’Alexandrie, Le Caravage (1598)

Sur le tableau de Caravage, sainte Catherine apparaît avec les attributs de son martyr : la roue dentée, brisée par l’intervention divine, l’épée qui la décapita, ainsi que la palme des martyrs.

Légende ou vérité historique ? Certains, comme l’auteur canadien Jean Marcel, pensent qu’il s’agit d’une figure inventée pour se référer à Hypatie, femme de lettres et de sciences qui vécut au Ve siècle et fut massacrée à Alexandrie. L’Eglise catholique doute également de l’existence de sainte Catherine, car elle l’a retirée officiellement de son calendrier en 1970.

Quoi qu’il en soit, sa dévotion a perduré longtemps et son empreinte dans la tradition reste vivace.

Protectrice des filles célibataires

Sainte Catherine est devenue la patronne des filles célibataires en raison de son refus de se marier. Selon une tradition remontant au XVIe siècle, la coiffe de la sainte était renouvelée par des jeunes femmes célibataires âgées de 25 à 35 ans. L’expression « coiffer sainte Catherine » vient donc de cette tradition, de même que la coutume pour les Catherinettes de porter un chapeau le 25 novembre.

Coiffe des Catherinettes

Les chapeaux confectionnés pour les Catherinettes portent du jaune (qui symbolise la sagesse) et du vert (qui symbolise l’espoir de se marier).

Sainte Catherine - coiffe jaune et verte

Patronne des philosophes et des prêcheurs

Sainte Catherine a mené une existence de femme instruite et de bonne chrétienne. Cela lui a par conséquent valu l’honneur d’être la patronne des philosophes et des prêcheurs. Elle figure d’ailleurs souvent avec la triple couronne de la virginité, de la science et du martyr ou encore avec les 3 auréoles

  • blanche car elle était vierge,
  • rouge car elle fut une martyre,
  • verte car elle était savante.

La Sainte-Catherine aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les femmes se marient de plus en plus tard, tout au moins quand elles décident de le faire. Le célibat devient monnaie courante, pour les femmes, tout comme pour les hommes, et cela, quel que soit leur âge.

L’académicienne américaine Bella DePaulo a d’ailleurs procédé à une analyse approfondie de ce phénomène dans son ouvrage « Célibataire, sans enfants : qui est ta famille ? » où elle évoque la transformation du modèle familial type durant les dernières décennies.

« L’une des tendances les plus remarquables du dernier demi-siècle passé vient de l’augmentation du nombre de personnes non mariées. Récemment, l’agence de presse américaine Bloomberg News a fait sensation en déclarant que pour la première fois, on comptait plus d’Américains adultes non mariés (divorcés ou veufs ou toujours célibataires) que mariés. « 

Bella DePaulo « Célibataire, sans enfants : qui est ta famille ? »

Bella DePaulo démontre aussi dans son ouvrage que les rapports sur la solitude et la dépression des célibataires sans enfants sont exagérés, voire incorrects. Elle explique au contraire que les célibataires disposent de réseaux sociaux plus larges et plus bénéfiques que les personnes engagées dans cette institution « vorace » qu’est le mariage.

Donc, si le célibat vous pèse en ce 25 novembre, n’hésitez pas à vous plonger dans l’essai bien documenté de Bella DePaulo, qui met à l’honneur le statut des célibataires.

Je vous renvoie également ICI à ma chronique sur cet ouvrage.

Bella DePaulo - Célibataire, sans enfants : qui est ta famille ?

4 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :